Les 4 accords toltèques

Les 4 accords toltèques

Cette vidéo présente les 4 accords toltèques aux enfants. C’est Miguel RUIZ, un neurochirurgien mexicain devenu chaman après avoir vécu une expérience de mort imminente qui est l’auteur des 4 accords toltèques. Les préceptes édictés dans son livre sont ceux de la civilisation des toltèques qui vécurent de l’an 900 à l’an 1200 de notre ère.

Ces accords expliqués aux enfants permettent de les aider à construire un meilleur rapport à eux-même et aux autres.

le premier précepte : « que votre parole soit impeccable »

Dans cette vidéo pour les enfants la parole est comparée à une épée : elle est à double tranchant !

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui.

Exemples de situations concrètes  

  • la parole pour juger : Lorsqu’un enfant entend à longueur de journée qu’il est « nul en écriture » ou « incapable de soigner son travail », il entre dans une sorte de fatalisme qui condamne toute évolution positive :  » A quoi bon faire des efforts ? de toute façon on me dit que je ne suis pas capable !« 
  • la parole pour se juger : Les paroles intérieures que chacun nourrit à son propre égard peuvent altérer ou au contraire renforcer l’estime de soi.
  • la parole pour se moquer : L’enfant qui se moque d’autrui prend le risque en retour d’être moqué lui aussi selon le vieil adage « on récolte ce que l’on sème« .

Dans la classe ou à la maison, on peut utiliser l’image de l’épée pour traiter les problèmes liés aux insultes, aux moqueries et pour montrer l’importance des paroles positives à l’égard d’autrui :  » tu as fais des progrès !« ,  » Bravo pour tes efforts !  » mais aussi pour soi-même, en ayant des paroles intérieures positives et en pensant à ses réussites plutôt qu’à ses échecs !

le second précepte : « Ne prends rien personnellement« 

On doit être capable de laisser glisser sur soi les propos des autres que l’on juge inadaptés, de ne pas se soucier du regard des autres ( en veillant toutefois à ne pas se couper totalement des autres )  

Exemples de situations concrètes :

  • sans bouclier, lorsqu’on reçoit une remarque négative injustifiée, on risque de la croire et d’en être blessé. En prenant du recul, en considérant que les propos n’appartiennent qu’à celui qui les prononce et à lui seul, on se protège. Qui mieux que soi pour connaître sa propre valeur ? 

Il s’agit ici de comprendre que chacun parle et agit par rapport à lui-même, à ce qu’il croit, à ce qu’il attend de nous.

le troisième précepte : « Ne fais pas de supposition« 

Dans la vidéo des accords présentés aux enfants ce précepte est symbolisé par la quête de la vérité. Il faut savoir poser franchement les questions qui nous préoccupent plutôt que d’imaginer des explications qui pourraient s’avérer fausses.

dans la classe ou à la maison : on peut utiliser les « messages clairs »  pour permettre une meilleure compréhension, plus d’empathie et résoudre les petits conflits

 le quatrième précepte : « Fais toujours de ton mieux« 

Il s’agit d’expliquer qu’on ne peut pas tous les jours être parfait et qu’il faut savoir être indulgent avec soi même. Ceci pour éviter les regrets, la culpabilité et les jugements négatifs

dans la classe ou à la maison

Rappeler qu’on doit être indulgent avec soi-même mais aussi avec les autres, qu’on ne peut pas toujours être au top ni tout maîtriser. Afficher des petites phrases comme : « les erreurs sont la preuve que l’on essaye » et les relire lorsqu’un enfant se moque d’un autre qui s’est trompé par exemple. Elles permettent de libérer les élèves de la peur de se tromper.

 

Pour aller plus loin :

Les principes toltèques appliqués aux enfants par Florence MILLOT

Laisser un commentaire